Euh

Créé par le 08 jan 2007 | Dans : Non classé

Grand Bébé voit une image de femme enceinte dans un livre et la bouche en coeur se tourne vers vous et vous dit:

« Regarde maman, la dame, elle a avalé un bébé » emoticone

Hum, la lecture de Paulo, le courageux petit spermatozoïde n’a pas vraiment donné le résultat  escompté emoticone

Censure

Créé par le 07 jan 2007 | Dans : Non classé

Vous êtes au regret de reconnaitre que, contrairement à la CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) qui ne déconseille des films où des gens se font égorger qu’aux enfants de moins de, euh, dix ou douze ans1, vous êtes une vraie adepte de la censure. Vous êtes une telle petite nature que déjà, vous, vous filez dans la cuisine engouffrer un morceau de chocolat chaque fois qu’il y a une scène un peu trop violente à la télévision (pas étonnant que vous grossissiez). Parfois vous fermez seulement les yeux et demandez à votre gentil mari de vous informer quand vous pouvez regarder à nouveau (il oublie une fois sur deux vous avez donc du mal à suivre l’histoire que vous avez « vue » les yeux fermés), alors vous n’osez imaginer l’effet que font certains films sur vos descendants.

Et vicieuse comme vous êtes, vous ne vous contentez pas de mettre votre veto sur des dessins animés où le monstre finit par vous poursuivre, vous aussi, dans vos cauchemars (faut dire qu’à 40 ans, on est encore trop jeunes et impressionnables pour se mettre devant certaines animations japonaises) mais vous osez persévérer dans votre œuvre abjecte jusque dans les livres que vous lisez à vos descendants.

En effet, vous ne trouvez pas forcément judicieux de lire aux fruits de vos entrailles auxquels vous tenez très fort, que « Tom enfile une botte, puis l’autre. Et il s’enfonce dans la nuit »2. SEUL. En cachette de son Papy et de sa Mamie, qui plus est. Or vous imaginez très bien Petite Bébée imiter le scénario et partir à la recherche de sa botte rose à fleurs au fond du jardin (dans l’histoire, le but de la virée nocture était de retrouver le doudou de Tom qui se trouva être dans les bras de Mam’ Truie dans la porcherie) ou Grand Bébé se précipiter dehors pour chercher un voiture abandonnée dans le bac-à-sable depuis l’été dernier. Vous avez donc ajouté quelques petits commentaires de votre crû, que vos enfants drilés par les quinze lectures précédentes que vous leur fîtes de cette excellent ouvrage, vous ânonnent de bon cœur : « mais c’est pas bien de sortir dehors la nuit », « Tom fait grosse bêtise», « pas bien Tom » « méchant Tom ». Braves petits. De même, s’il leur venait à l’idée de rentrer dans la maison par la fenêtre (avec ou sans pyramide formée par les animaux de la ferme de Tom, on fait avec ce que l’on a et vous savez que vous pouvez compter sur vos petits anges pour trouver une parade sans aucune difficulté), ils auront en mémoire le « on ne rentre et ne sort pas par la fenêtre. C’est compris ? » qui aura suivi immanquablement le « tu leur lis encore le livre où on leur apprend à se casser le cou ? » qui vient de la cuisine où l’homme de votre vie vous prépare un délicieux poulet au citron.

Côté censure, vous avez par contre des difficultés à comprendre l’avertissement écrit par la bibliothèque de votre village, qui accompagnait le livre « le parcours de Paulo »3, et qui signalait que c’était un ouvrage pour parents tolérants. Bon, vous vous devez peut-être de préciser que Paulo est un petit spermatozoïde. Mais pour vous, à part que le livre ne présente aucun intérêt – parce que franchement, illustrer la fécondation par « en classe, Paulo n’est pas très fort en calcul. Mais il est très fort en natation » et la génétique apparemment aussi dans la foulée puisqu’Elsa, la fille conçue par ce vaillant petit Paulo « n’est pas très forte en calcul mais est très forte en natation » – ce n’est pas ce que l’on a fait de mieux en littérature enfantine (et vous commencez malheureusement à en connaître un rayon dans ce domaine. Soupir), vous n’avez aucun problème à le lire à vos petiots (promis, même plus tard quand ils verront dans Paulo autre chose qu’un ver de terre mal dessiné emoticone).

Conclusion : il faut bien admettre que vous n’avez rien compris à l’affaire. Pour vous, la censure devait protéger la société, ses enfants en particulier, d’une violence qui risque d’inciter à d’autres violences ou d’images trop dures. A choisir, vous, vous préférez que vos enfants tombent sur des corps dénudés au cours d’un film un peu grivois plutôt que sur des cadavres lors d’un journal télévisé. Mais, comme toujours vous n’avez rien saisi. c’est certainement la faute du SNU (syndrome du neurone unique. A c sujet, on vous a dit dernièrement qu’ilfaut au moins deux neurones pour survivre. Un pour s’occuper du métabolisme de base, pour respirer etc. et un autre pour le reste : vous avez été enchantée de constater qu’il y avait encore des gens pour croire qu’une mère avait du temps pour respirer emoticone).

 

1. c’était un film avec Richard Anconina, mais vous ne vous souvenez plus du titre (ni du reste d’ailleurs, enfin l’important c’était qu’il y avait Richard Anconina dedans, non ?)

2. « Le doudou perdu ». Texte de Ian Whybrow, illustrations de Russell Ayto. Editions Kaléidoscope – Diffusion l’école des loisirs

« Le Parcours de Paulo » de Nicholas Allan. Editions Mondo

Le mystère de la culotte mouillée

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : Non classé

Petite Bébée arrive en larmes et en sirène dans votre chambre avec une culotte dégoulinant sympathiquement sur votre moquette.

«Mais qu’est-ce qui t’arrive chérie ? »

« hi, cu-hi-lotte hi tombée hi hi dans hi toi-hi-lettes ouuuuuuuiiin »

« Ah bon ? » répondez-vous ignominieusement impassible au drame qui se déroule devant vos yeux et perverse (vous savez que d’ici à la fête des mères vous aurez le temps de rattraper le coup pour mériter votre vide-poches en coquillettes), rajoutez « et comment cela se fait-il, que ta culotte soit tombée dans les toilettes ? »

En bonne petite fille de deux-ans-huit-mois-et-vingt-trois-jours qui n’admettra jamais l’avoir fait tomber par mégarde dans la cuvette, elle vous dit :

« mais c’est là qu’elle habite, c’est sa maison ! »*

C’est bien pour cela qu’on a des enfants, non ? Pour apprendre des choses.

* M’enfin maman !

Bonnes résolutions

Créé par le 01 jan 2007 | Dans : Non classé

Voilà c’est une année nouvelle qui commence et c’est donc l’heure pour vous d’échafauder quelques bonnes résolutions (que vous espérez respecter davantage que les cinq cent trente-deux mille qui les ont précédées).

 

Etant donné qu’il est notoire que vous avez l’énergie d’une épave engloutie depuis la naissance de vos petits loups, vous allez déléguer la réalisation de ces utopiques souhaits aux différents composants de votre entité.

 

Votre encéphale : vous allez l’implorer de remplacer sa perpétuelle chasse aux papillons par une pêche (miraculeuse) aux cellules grises, requête indispensable depuis que vous souffrez du SNU (syndrôme du neurone unique) Si d’ici la fin de l’année votre QI d’huître a commuté avec celui d’une langouste, vous serez sur la bonne voie et qui sait en 2056 vous aurez peut-être un QI d’orang-outang (ou version plus crédible : au moins son physique).

 

Votre poitrail : vous ambitionnez de le convaincre de chercher à défier les lois de la pesanteur en regardant en l’air plutôt que par terre. Fini alors, ces seins qui papotent continuellement avec votre nombril à un point que cela en devient embarrassant.

 

Votre fessier : vous désirez lui proposer de faire un effort de modestie afin qu’il cesse de prendre toute la place. Si pour ce faire, il vous faudra monter des escaliers en ayant l’impression d’être engonçée dans le corset de votre arrière-grand-mère, pourquoi pas. A supposer qu’au bout du compte, vous aurez la croupe de Bambi plutôt que celle du Dumbo, cela en vaudra largement la peine.

 

Vos pieds et vos mains: vous allez leur conseiller de suivre les instructions du cerveau à la lettre, ce qu’ils ont de la peine à faire pour le moment. En effet, quand ils vont par exemple dans la cuisine pour chercher une fourchette, ils reviennent une fois sur deux avec une banane/une louche/une rape à fromage et doivent recommencer l’opération jusqu’à ce qu’ils se souviennent quel était l’objet convoité. Il faut reconnaître qu’ils ne sont pas vraiment aidés par votre hypothalamus un peu flagada depuis que vous avez mis au monde de piles électriques (rechargeables au chocolat et aux carambars). Et dire qu’il y en a encore pour croire que ce sont les grossesses qui constituent la partie la plus fatigante de la maternité. Errarum humanum est.

 

Mais surtout, votre grande résolution pour cette nouvelle année qui débute est d’apprécier chaque moment qui passe encore mieux qu’à leur juste valeur. Ainsi, vous allez vous abstenir de soupirer (même intérieurement, hein) lorsqu’un de vos héritiers vous réclamera de l’accompagner pour regarder avec lui/elle le Tom et Jerry que vous n’avez vu que 532 fois jusqu’alors. Vous vous promettez aussi de passer la serpillère sur les épinards/la sauce bolognaise/la soupe de carottes avec bonheur en pensant au triste jour où vous n’aurez plus à le faire parce que vos enfants seront trop occupés pour venir manger avec vous (mais pas de souci, vous n’aurez pas le temps de perdre la main car vous remettrez certainement le couvert à l’heure des petits enfants !). Vous vous abstiendrez d’énoncer quelques mots d’oiseaux quand Petite Bébée vous tirera les cheveux en pleine nuit (à l’instar d’un Casper le fantôme, votre chipie vient vous faire des visites nocturnes et vous montre son affection en enroulant une mêche de votre chevelure sur ses doigts avec la douceur d’un enfant de moins de trois ans) ou lorsque Grand Bébé vous lancera une voiture dans la figure en s’excusant déjà « pas fait essprès ». Et encore, vous allez sourire de toutes vos dents quand vos enfants viendront vous faire des bisous alors qu’ils sont enchocolatés/enmielés/enbeurredecacahuétés des pieds à la tête. De toute façon, cela fait belle lurette que vous avez renoncé à la soie et au cachemire, or tout le reste, cela se lave en machine. Alléluia.

 

Bonne année 2007 à toutes et tous !Cool

Les graffitis c’est pô bien

Créé par le 22 déc 2006 | Dans : Non classé

Vous êtes à l’arrêt du bus et Grand Bébé vous demande:

« c’est qui qu’a fait ça » en vous montrant des graffitis.

Vous (distraite, Petite Bébée étant en train de ramasser un tesson de bouteille par terre):

« c’est quelqu’un, mon chéri »

et lui de vous répondre:

« méchant quelqu’un! »

Vous êtes d’accord, tellement d’accord, que vous allez retenir cette anecdote pour le jour où il sera devenu Grand Ado, au cas où il aurait la mauvaise idée de devenir lui-même  »artiste taggeur ».emoticone

Douce, doucette, douceur

Créé par le 20 déc 2006 | Dans : Non classé

Votre voisine vous a dit hier matin qu’elle trouvait que vous étiez admirablement calme avec vos enfants. La sainte femme.

Si elle savait.

Vous aimeriez tellement pouvoir la croire mais vous pensez être bien placée, hélas, pour savoir que c’est totalement faux. Il se fait justement que vous passez régulièrement des soirées cafardeuses à vous demander où est passée la douce et tendre jeune femme que vous eûtes été. Probablement au même endroit que votre escarpin droit, votre foulard noir à pois et votre soutien gorge rose : dans le géant trou noir conçu spécialement pour vous par Grand Bébé et Petite Bébée. Merci.

Vous avez déjà entendu parlé des Mogwais qui se transforment en vilains méchants Gremlins quand on a la mauvaise idée de les nourrir après minuit et du Docteur Bruce Banner qui, du fait de quelques malencontreux rayons gamas (qu’on ne vous demande surtout pas ce que c’est), devient l’Incroyable Hulk quand il est en colère. Mais néanmoins jusqu’à présent vous n’avez jamais entendu parlé de cette étrange métamorphose de GMA (Gentille Maman Adorée) en MIH (Mère Indigne Hystérique). Est-ce dire que vous êtes unique en votre genre ? Non, s’il-vous-plaît, qu’on ne vous laisse pas seule sur l’île de la mamanitude indigne.

En bonne scientifique que vous n’êtes pas, vous avez observé quels étaient les principaux déclencheurs de votre terrible métamorphose :

 

  • Le shopping. Vous êtes dans un magasin avec l’intention d’acheter une paire de gants pour vous et un bonnet pour les enfants. Sereine – bienheureuses les simples d’esprit – vous entrez dans une grande surface. Au bout de 24 secondes 6 centièmes, tous les employés ainsi que les clients du magasin en question connaissent le prénom de vos enfants. Forcément, vous venez de les crier en boucle avant de les hurler. Quelques personnes compatissantes vous indiquent parfois où votre petite fille vient de filer, pendant que d’autres vous disent où votre petit garçon vient de partir (pas dans la même direction, soyez en sûrs). Vous retrouvez rapidement Grand Bébé, aidée en ce sens par l’alarme du magasin puisque votre petit chérubin en était sorti avec le bonnet que vous aviez sélectionné, sans vous laisser l’opportunité de le payer d’abord. Vous ne vous offusquez même pas de passer pour une voleuse, vous planez dans un monde parallèle, où vous n’avez pas à avoir honte du comportement de vos chers amours, tout en courant dans les rayons à la recherche de Petite Bébée. Vous sortez du magasin, ENFIN, avec miracle, la paire de gants et un des deux bonnets. En plus en ayant réussi par passer à la caisse avant de partir. Et autre miracle, sans avoir perdu aucune de vos ouailles.

 

  • Les repas. Vous devez être un petit peu Gremlin sur les bords sauf que votre métamorphose n’est pas due au fait qu’on vous nourrisse, mais à celui de nourrir les autres, si ces autres ne se tiennent pas bien à table. Dans votre maisonnée, étant donné que votre moitié et vous, ne vous amusez pas à vous lancer des petits pois, ni ne vous tartinez d’épinards (quelle tristesse la vie de couple, même pas une petite catapulte de mie de pain à la confiture à s’envoyer dans la figure de temps en temps), deux seules (petites) personnes sont donc visées par cette métamorphose de maman toute gentille en maman «t’es fâchée, dis, maman, pourquoi tu es fâchée?». A votre avis? A cause de l’eau que vous avez renversée et mélangée avec votre purée? (la recette de la colle) ou peut-être à cause de la polenta que vous avez mise sous vos chaises (la recette du béton)

 

  • L’heure du coucher. Vous n’en pouvez plus de tous les salamalecs qu’il faut faire chaque soir pour avoir un vague espoir que vos enfants s’endorment avant vous. Enfin, que le ciel soit loué (surtout celui d’hiver) ces derniers temps, vos petites crapules sont tellement erreintées par leurs journées sans sieste (qu’elles ne veulent presque plus jamais faire) et leur rhumes, qu’à sept heures dix, vous ne les entendez plus. Si vous n’étiez pas aussi fatiguée vous-même, on vous verrait faire une petite samba dans votre salon. Enfin, si vous saviez danser la samba. Enfin, si vous saviez danser.

 

  • Les bains. Vous êtes là à regarder jouer les chairs de votre chair en redoutant le moment où cela va dégénérer. Vous n’êtes jamais déçue, en moyenne après dix minutes vous devez sortir de force l’un des fruits de vos entrailles, si vous tenez à garder les deux en vie (ce qui est le cas, étonnamment, même pour Mère Indigne Hystérique). Ensuite, vous êtes coincée. Vous devez surveillez celui/celle des deux qui est resté(e) dans la baignoire et l’autre de vos chenapans en profite pour s’échapper dans le monde béni des bêtises.

C’est terrible pour toute mère de se voir ainsi transformée (enfin en présumant honteusement que vous n’êtes pas la seule à être sortie de votre chrysallide de maman davantage sous la forme d’une hideuse tarentule que d’un joli papillon). D’abord la métamorphose vous rend la gorge douloureuse (à force de crier/hurler/re-crier/re-hurler), ensuite, elle vous fait les jambes toutes patraques (à force d’avoir couru dans toutes les directions avant de retrouver votre Graal du moment, Grand Bébé ou Petite Bébée, disparu(e) dans les dédales des magasins, des parcs ou de la maison) et vous conduit à avoir un cœur ben, ben, faible (à force d’avoir eu des peurs incontournables toute la journée, à raison de 3 à 5 par minutes). Dur dur donc d’être une MIH, mais comme disait votre grand-mère-bien-aimée : « quand on veut, on peut »

Si elle vous le dit

Créé par le 18 déc 2006 | Dans : Non classé

Ce matin, votre chère moitié vous fait part d’un dialogue savoureux qu’il vient d’avoir avec sa fille:

« Papa, là, ya du caca » dit Petite Bébée en montrant du doigt dans sa direction.

« Où ça? », dit-il (probablement avec une note d’angoisse dans la voix, NDA) en observant par terre tout autour de lui (le pull de Grand Bébé dans la main gauche), pour tenter de localiser ledit caca.

« Là, là, sur pull  »

« Ah bon? » répondit-il en scrutant attentivement le pull puis, machinalement, rajoute:

« Mais d’où vient-il ce caca? »

Et elle de répondre fort sérieusement:

« Du derrière »  emoticone

Ces f#¦§# princesses

Créé par le 09 déc 2006 | Dans : Non classé

Vous avez quelque chose à confesser. Que Grimm, Andersen et Petite Bébée vous pardonnent mais vous avez horreur des princesses de conte de fée. Mea Culpa, vous allez vous priver de chocolat (pendant au moins cinq minutes, une gageure en ce qui vous concerne) pour cette très grande faute.

Cette aversion a commencé lorsque vous avez lu l’histoire de la princesse au petit pois. Vous deviez avoir sept ans (l’âge de raison ?) et vous trouviez qu’une femme qui arrivait à percevoir la présence d’un petit pois sous sept ou vingt matelas (les versions diffèrent, en fonction de la délicatesse du popotin de madame sans doute) devait être une vraie garce. On lui donne le gîte et le couvert en pleine tempête et le matin, elle annonce à son hôtesse qu’« elle a passé une horrible nuit car elle s’est tournée et retournée dans son lit » … tout ça à cause d’un petit pois. Et le conteur, au lieu de déduire comme vous, que ladite damoiselle serait plutôt du genre acariâtre, en conclut qu’elle est de grand noblesse. On comprend donc facilement votre antipathie pour ces f#¦§¬# princesses.

Néanmoins, vous avez remarqué, que contrairement à ce que la rumeur et les magazines people le laissent présager, les princesses sont de très bonnes ménagères. Prenez Cendrillon par exemple (un exemple au hasard bien sûr, vous n’êtes absolument pas influencée par le fait que vous avez dû visionner le dessin animé de Walt Disney à peu près deux milliards de fois), elle astique la maison de fond en comble chaque fois que sa marâtre agite le petit doigt en l’air, et en plus elle le fait en chantant . Décourageant. Vous, quand vous faites le ménage (le plus rarement possible), vous ne chantez pas, à moins que l’on ne considère vos «mais c’est qui encore qui a mis des épinards sur la chaise ? » ou « les lentilles ne se rangent pas dans le coffre à jouets » comme du slam. Et si vous vous souvenez bien de vos classiques, Blanche Neige aussi excellait dans le ménage chez les sept nains et Peau d’Âne était une fine pâtissière (ce qui ne l’empêchait pas de très bien nettoyer la cour du château aussi naturellement). En fait, à l’exception de cette grosse paresseuse de Belle au bois dormant qui a trouvé une bonne planque pendant cent ans, les princesses de conte sont en fait de merveilleuses domestiques. Tiens, elles vous sont un peu moins antipathiques du coup.

Leur autre point commun est d’avoir un membre tout fin/tout mignon, et c’est cet attribut qui permet au Prince Charmant de reconnaître leur princesse parmi des milliers d’élues. Pour Peau d’Âne, c’est le doigt et pour Cendrillon c’est le pied qui se doit d’être menu. Donc, selon les contes, avec votre petit 36 (de pointure, pour la taille c’est une autre histoire, et si vous le voulez bien, on en parlera plus tard, voire jamais) vous correspondriez davantage aux critères de sélection des princesses qu’Elle McPherson qui avec son mètre quatre-vingt trois doit bien chausser du 42*. Ah ah. C’est Albert de Monaco qui va être ravi d’apprendre cette nouvelle.

Mais heureusement, nous sommes arrivées dans le 21ème siècle, ère pendant laquelle les princesses de conte de fée s’appellent Fiona et sont de sympathiques ogresses. Apparemment, à regarder les jeunes filles qu’ils fréquentent, Albert, William et Harry n’ont pas encore été voir Shrek emoticone

La vérité sort de la bouche des enfants

Créé par le 06 déc 2006 | Dans : Non classé

Une de vos amies, dans l’excitation des préparatifs d’un voyage en Espagne, renverse une boite de poudre de chocolat, poudre qui comme chacun sait adore se faufiler un peu partout.

Voyant cela, son mari conscient que c’est le moment où jamais de donner un coup de main, s’empare du balai et ramasse la poudre de cacao.

Inès, leur fille, l’observe attentivement et l’air très surprise lui dit:

« Papa ? »

« Oui ? » « Toi aussi tu sais passer le balai ? » demande-t-elle totalement ébahie

« Bien sûr, mais en général lorsque je le fais, tu n’es pas là »

« ah bon… » elle l’observe encore et rajoute:

« Oooooh mais tu le fais bien en plus »

Et un bref instant plus tard, on entend sa petite voix:

« Tu sais, tu devrais le faire plus souvent » emoticone

Avis aux (encore) indécises

Créé par le 03 déc 2006 | Dans : Non classé

Chose promise, chose due, vous allez vous lancer dans une liste des différents bonheurs et avantages que vous apporte votre descendance, car il y en a et même beaucoup (mais si !).

Les moments de bonheur :

- regarder le soleil se lever. Admirer ces merveilleux tons de roses et de jaunes qui se déploient dans le ciel, spectacle que vous devez de voir à vos petits chérubins, car c’est clair que s’ils n’étaient pas là, l’aube (et l’avant l’aube aussi d’ailleurs) vous la vivriez au fond de votre lit, bien enfouie sous votre édredon avec juste trois cheveux qui dépassent

- aller boire un café dans un tea-room. Vous savourez cet instant à en avoir des frissons cosmiques d’extase. Vous êtes S-E-U-L-E. Personne, vous dites bien personne, pour vous mettre du sucre de force dans votre café (« mais maman, faut sucre ») ou vampiriser la mousse de lait de votre capuccino. C’est simple vous redécouvrez l’Eden d’avant que la pomme et le serpent ne s’en mèlent

- entendre les fou-rires de vos amours. Il n’y a rien de plus beau. Enfoncées les fugues de Bach, le rire des enfants est une plus belle musique encore. Même que si les Grands de ce monde riaient autant et aussi bien, il y aurait moins de guerres. Mais qu’on ne compte pas sur votre soussignée pour aller leur faire des guiliguilis ou leur embrasser le nombril comme vous faites pour Grand Bébé et Petite Bébée pour qu’ils rient aux éclats. Non pas question, ou alors il faudra le demander très très gentiment. Très très très.

- les vôtres (de fou-rires). Votre moitié et vous partagez des regards complices et vous riez sous cape car malheureusement, ce qui vous fait le plus rire sont généralement des choses qu’il vaut mieux de pas encourager à réitérer. Petite Bébée qui s’écrie « ça pue la merde » (une phrase qu’elle a reprise du fils de la nounou, un adolescent qui ne semble pas apprécier le doux parfum des Pampers pleins) ou Grand Bébé qui va subrepticement vers l’armoire de la cuisine mais qui découvre qu’hélas, il est trop petit pour atteindre les chocolats

- regarder vos bébés dormir. Des médisants diront certainement que c’est le seul moment où ils vous laissent tranquille, mais ce sont des médisants puisque vos enfants vous laissent souvent tranquille … surtout quand vous êtes au bureau. Mais regarder un enfant qui dort, c’est un peu comme regarder la paix du monde et avoir cela dans sa maison, c’est de l’or (avis au voleurs : c’est une métaphore). Jacques Brel disait cela tellement mieux que vous dans la chanson qu’il a écrite pour sa fille Isabelle.

 

Les avantages :

- vous découvrez des jeux inédits, notamment le « Mémory Valseur ». Pour ceux qui n’ont pas (encore) eu la chance d’y jouer, les règles sont simples. Il faut un adulte qui s’essaie à poser les cartes du Memory sur une table pendant que deux bébés les font valser par terre (enfin vous dites « deux » mais cela peut aussi se jouer avec trois, quatre voire cinq bébés pour peu que l’adulte aie des antimigrineux puissants à portée de main)

- qui d’autre que des parents ont la chance de connaître la joie d’entendre des dialogues savoureux sans avoir à se déplacer au théâtre ? Ce soir Grand Bébé, aux toilettes, raconte à son auditoire captivé (vous et Petite Bébée en l’occurrence) : « je dois bien me tenir, pour pas tomber dans les toilettes mais si je tombe… », rajoute-t-il précipitamment en s’adressant à sa sœur : « toi pas pousser bouton » ( tirer la chasse en langage non-Jeanclaudevandamien) et elle de s’exclamer « si tu tombes, moi te sauver la vie ». Et vous, de vous demander comment : en sautant dans la cuvette peut-être ?

- plus besoin de réveil, ni même de montre d’ailleurs. Vos journées sont rythmées par votre escouade en culottes courtes. Six heures trente (du matin, précision pour ceux qui ne vivent pas sur le fuseau horaire bébétien), c’est le moment de se lever. Si l’arrivée fracassante de vos fantassins ne vous a pas encore réveillée quelques tonitruants « MAMAN DEBOUT, MAMAN PAS DORMIR, MAMAN PAS FERMER LES YEUX » font l’affaire. Vous devinez qu’il doit être près de midi quand votre tribu fait des circonvolutions autour du réfrigérateur et quatre heures quand deux bouches s’ouvrent en réclamant des biscuits. Vous savez qu’il doit être six heures quand vous êtes sur les rotules, et sept heures quand vos zouaves se transforment en anguilles parce qu’ils sentent l’heure du coucher se rapprocher dangereusement

- la possibilité d’éblouir votre auditoire en étalant votre culture. En effet, vous lisez maintenant facilement trois livres par soirée. Mais oui, c’est possible. Hier vous avez lu par exemple, le chantier animé * : « Sur le chantier, les ouvriers sont arrivés. Boum badaboum ! La bétonnière tourne, tourne, tourne … et tout se mélange ! Une brique, deux briques, trois briques … et voici tout un mur ! C’était une longue journée ! Tout le monde quitte le chantier. ». Et voilà comment en deux minutes cinquante vous avez lu tout un livre. Et des ouvrages comme celui-ci, en grande veinarde que vous êtes, vous en avez toute une bibliothèque.

Bon, vous allez arrêter là votre liste car votre objectif est de repeupler la vieille Europe pas de la surpeupler. Et maintenant que vous avez sauvé Mère Patrie d’un vieillissement précoce, il ne vous reste plus qu’à faire le guet devant la boîte aux lettres et attendre de pied ferme votre médaille du mérite.

12345...7

Le Blog d'Elena, par son Pa... |
Projet Alaska 2007 |
La belle vie! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eléa jacta est
| Nos foto
| Birdy-Blue