Non classé

Articles archivés

40 ans c’est le bel âge

Créé par le 13 oct 2006 | Dans : Non classé

- pour faire des puzzles de dix pièces (et les réussir, applaudissements). Vous à huit ans, en vraie novice, vous vous lanciez tête baissée dans celui de 3000 pièces (un tableau de Tahitiennes de Gauguin), encouragée en ce sens par votre grand sadique de frère qui savait en plus qu’il manquait des morceaux. C’est bizarre maintenant vous détestez Gauguin et les Tahitiennes, comme c’est curieux. Dix pièces vous vont parfaitement. Dix pièces de petit chat, de petit lapin, de petit chien ou de petite grenouille. Vous en redemandez (vous mentez là, ça se voit ?)

- pour faire de la balançoire. Comme il y a forcément un de vos bébés sur vos genoux, vous n’arrivez pas à vous faire croire que vous retombez en enfance. Qu’à cela ne tienne, encore quelques années et vous y serez (retombée en enfance …avec Grand Bébé/Petite Bébée pour vous donner la becquée, chose que vous feriez bien de garder à l’esprit quand vous les envoyez dans leur chambre pour les punir d’avoir fait valser leur repas par terre)

- pour faire des couettes. Pas à vous, à votre fille. C’est même plus amusant que sur vous-même parce que

    1) si cela tire sur les cheveux au moins ce ne sont pas les vôtres,

   2) personne ne rit quand vous arrivez au bureau. Ou alors pas parce que vous avez des couettes, mais plûtot parce que vous avez une tâche de nutella/beurre de cacahuète/confiture sur le nez/le front/la joue (à noter que vous ne mangez pas de nutella/beurre de cacahuète/confiture avant d’aller travailler, c’est quelqu’un qui vous en tartine vous, suivez le regard)

- pour vous déguiser. Vos enfants en raffolent, alors vous les accompagnez dans leurs délires. Vous faites, par exemple, très bien le zombie-déterré-au-petit-matin; vous n’en avez aucun mérite, c’est naturel. Vous n’êtes pas mal non plus en léopard. Avis aux mamans : ce déguisement est très facile à réaliser, il suffit de mettre un leggings et un T-shirt noir et attendre la fin de la journée

- pour regarder des Walt Disney en boucle, chose que vous n’avez pas pu faire dans votre enfance car vous n’aviez pas la télévision à la maison (oui vous êtes aussi vieille que cela). Mais les temps changent, voilà-t’y pas qu’après avoir été gavée d’ «Alice aux pays des merveilles», on vous perfuse du «Cendrillon» à doses non-homéopathiques. Maintenant vous connaissez par cœur les tirades (délicieusement complexes) : «c’est ça l’amour», «si le rossignol chante». C’est ainsi que vous avez compris pourquoi, dans le bac à sable, vos Schtroumpfs tournent sur eux-mêmes en lançant des pelletées de sable à l’envi en entonnant «c’est ça l’amour» : c’est leur version toute personnelle du Prince et de Cendrillon qui dansent. De vrais romantiques, ces petits. Petite Bébée en rajoute encore une couche en vous demandant tous les matins (oui, tous les matins) : «moi mettre robe céssalamour» (comprendre la robe – rose évidemment – qui lui permet de virevolter avec désinvolture).

Vous vous réjouissez d’aller vers vos cinquante ans car, c’est sûr, vous allez avoir droit à votre premier tour en poney pour votre anniversaire. Et il y en a encore pour dire qu’elle est pas belle la vie ?

PRRrrrrrrrrrout

Créé par le 06 oct 2006 | Dans : Non classé

Ce matin, Petite Bébée a fait comme qui dirait « un vent ». Glorieuse, elle vient vers vous et vous dit:

  »Maman, j’ai fait un renvoi des fesses »

Vous: « Humpfff »

Commencée ainsi, la journée ne peut être qu’excellente :-D

Cyber-Gran’Ma

Créé par le 02 oct 2006 | Dans : Non classé

Cyber-Gran’Ma, votre belle-mère, garde votre petit prince aujourd’hui et elle vous a envoyé l’e-mail suivant:

« J’accuse réception d’un poupon mignon qui s’est bien amusé avec l’ordinateur… sous surveillance, naturellement, et avec un instructeur privé, son oncle d’Amérique. Maintenant il est allé avec son autre tonton pour voir les animaux de la ferme à côté. Il y a eu une situation hilarante mais à laquelle je n’ai pas assisté (pour cause, tu verras). J’étais allée en vitesse au supermarché pour faire deux/trois achats, en laissant Grand Bébé avec ses tontons et son grand-père, après avoir fait toutes les recommandations d’usage. Il paraît que le cher petit a eu l’excellente idée de faire, pendant cette absence, une de ces choses malodorantes qui jouissent de plusieurs noms (voir ton livre p. 189). Grande consternation des trois adultes (mâles) dont AUCUN, je répète AUCUN, n’a jamais changé un bébé!!!!! Mais, étant donné l’absence de l’adulte (femelle) normalement préposée à cette corvée, ils ont bien été obligés de se débrouiller vaille que vaille. J’aurais bien aimé être une mouche sur le plafond pour m’esclaffer… Finalement, c’est le tonton bricoleur qui a bricolé quelque chose dont je verrai le résultat plus tard… Pendant l’opération, la couche-culotte, avec tout son contenu, est tombée sur la moquette, en respectant le principe bien connu de la tartine beurrée, ce qui a considérablement ajouté à l’émoi général. Quelqu’un a bien voulu faire les nettoyages nécessaires (sans attendre mon retour, Dieu merci).

Je vais garder Grand Bébé pour la nuit. Demain matin, promis, on te le rendra (mais pas au centuple).

Bisous à tous, Cyber-Gran’Ma »

Vous faites donc partie de ces bienheureuses (pas taper tête) qui ont la chance d’avoir une belle-mère de rêve avec, qui plus est, un sens de l’humour qui vous met en joie. Vous aussi, vous auriez été ravie d’être une petite mouche pour admirer le spectacle de ces trois hommes désemparés devant ce quatrième homme en devenir qui leur fait un coup aussi vache :-D

Kikoman

Créé par le 27 sept 2006 | Dans : Non classé

Votre fils est un inconditionnel de Kikoman. Oui, Kikoman. Vous ne connaissez pas?

Vous: – Qu’est-ce qu’il y a sur ton T-Shirt?

Lui (tout excité): – Kikoman!

Vous (sereine): – non mon chéri, on dit « Superman »

Lui (toujours autant emballé): – oui, Kikoman

Vous (encore sereine): – tu sais dire « super »? Dis « super »

Lui: – super

Vous: – dis « man »

Lui (enchanté): – man!

Vous (pleine d’espoir): – tu vois, dis « Superman » maintenant

Lui: (extatique): – Kikoman!

Bon.

Allez va pour Kikoman.

Vous decouvrirez plus tard que Grand Bébé s’est simplifié la vie (la sienne, pas la vôtre), en faisant de Kikoman un terme générique englobant Superman, Batman et Spiderman. C’est vrai que c’est un peu tout la même chose finalement.

Nos nuits ne sont pas plus belles que vos jours

Créé par le 16 sept 2006 | Dans : Non classé

Le monde se divise en deux catégories :

- celle de ceux qui veulent dormir (l’homme de votre vie et vous en font clairement partie)

- celle de ceux qui ne veulent pas dormir (sans surprise, on y retrouve Grand Bébé et Petite Bébée)

Etant donné que ces deux catégories cohabitent au sein de votre maison, votre vie prend des allures des «Griffes de la nuit» de Wes Craven, dès que le soleil se couche. A en croire vos enfants : vous et votre moitié dans le rôle de Freddy. Vous n’avez jamais voulu voir le film jusqu’au bout et maintenant c’est pareil, dès que la scène du coucher se met en place, vous aimeriez déjà qu’elle soit finie.

Voyez un peu : vous courez dans la chambre pour attraper un de vos filous (le moins rapide) pour lui enfiler son pyjama. Si c’est Grand Bébé l’heureux élu, il essaie de mettre le pyjama lui-même. Vous aurez donc à intervenir deux/trois fois parce qu’il vous tient plutôt à cœur qu’il ne s’étrangle pas dans le processus. Si c’est Petite Bébée, vous savez d’expérience que si le « Pyjama-Petit-Lapin » est dans la corbeille de linge sale, vous n’êtes pas sortie de l’auberge et encore moins de leur chambre. Vous regrettez amèrement de ne pas avoir acheté ce vêtement en trois exemplaires, tellement votre fille l’adore. Vous redoutez déjà le moment où il sera trop petit et qu’il faudra s’en séparer car les adieux entre Petite Bébée et P’tit Lapin seront sans nul doute déchirants.

Vos enfants enfin en pyjama, vous allez dans la salle de bain pour le rituel du brossage de dents. Vous devez gérer quelques «non c’est moi qui met dentifice» (vous refusez, vous ne tenez pas particulièrement à racheter un nouveau tube tous les jours), «maman, il/elle a plis ma blosse à dents» (vous récupérez la chose vous-même dans les cris généralisés – quelle chance vous êtes justement à côté de la pharmacie pour prendre une Aspirine) et zou, direction le lit. Malheureusement, pas le leur, le vôtre, vos écureuils adorés n’aimant rien de mieux que de jouer au trampoline sur votre matelas avant que vous ne leur lisiez une histoire.

Quand votre meute se calme, vous lisez une histoire (ou cinq, ou encore la même cinq fois) et vous finissez par mettre vos bébés dans leur lit respectifs… où ils resteront tout de même trois minutes vingt-cinq avant d’aller s’installer dans le lit de leur frère/sœur.

Vous faites le tour des bisous et des re-bisous. Vous êtes en bas de l’escalier quand vous entendez une petite voix agonisante :

«Maman, de l’eau. De l’eauuuuuuuuu.»

Vous remontez, donnez de l’eau à vos insomniaques et ressortez de la chambre, le temps d’entendre un :

«Maman encore bisou. Encore bisouuuuuuuuu».

Comme un bisou cela ne se refuse pas (et cela se sait apparemment dans vos troupes), vous rebroussez chemin et allez vous acquitter de ce plaisir.

Vous redescendez. Vous êtes à nouveau en bas de l’escalier quand vous entendez une petite voix agonisante :

«Maman, de l’eau. De l’eauuuuuuuuu.»

Vous remontez car vous savez pertinemment que tant que cela ne sera pas chose faite, vous aurez droit à un «maman, de l’eau. De l’eauuuuuuuuu» en boucle pendant une demi-heure, et franchement, si vous pouvez vous en passer, vous vous en passez.

Et finalement, vers dix heures du soir (vous avez mis vos enfants au lit à sept heures et demie) vous entendez une chose merveilleuse : le Silence… et c’est l’heure d’aller vous coucher.

C’est pas moi!

Créé par le 01 sept 2006 | Dans : Non classé

Vous : « Qui est-ce qui a déchiré le livre ? »

Petite Bébée : « c’est le crocrodile »
Grand Bébé : « non, c’est le crabe »

Ah ah, vous saviez bien que vous viviez dans un zoo.

C’est la fête

Créé par le 30 août 2006 | Dans : Non classé

Vous avez organisé une fête pour vos quarante ans. Afin que vous puissiez vous occuper des préparatifs, votre belle-mère a eu la gentillesse de vous prendre la moitié de vos effectifs de moins d’un mètre. Vous vous retrouvez donc avec un seul des astres de votre existence et c’est un peu comme si vous étiez sur une plage des Seychelles, les pieds jouant avec le sable, la main droite triturant le petit parasol en papier de votre cockail « Pink Paradise » pendant que l’autre vous rafraîchi avec un éventail. C’est tout simplement divin, et le fait que vous avez à préparer à manger pour cinquante personnes : une bagatelle.

En effet, tout parent ayant eu le grand bonheur d’avoir plusieurs enfants rapprochés vous le diront : un bébé cela occupe tout son temps et deux, ben encore plus. C’est que cela interagit ces petites choses. Si un est fatigué et dormirait volontiers, l’autre s’empresse de le remettre d’aplomb (service qu’ils se rendent aimablement mutuellement). Et quand les deux sont réveillés, vous passez votre temps à les séparer afin que chacun garde l’intégralité de ses cheveux, doigts et ongles. Vous les avez fait complets et vous aimeriez bien que cela reste ainsi le plus longtemps possible.

Vous préparez donc la fête dans la joie et la bonne humeur, votre bébé présent ne venant que rarement vous distraire avec de plaisantes questions : «c’est quoi ça?», «tu fais quoi?», «il est où papa?» etc.

La fête elle-même se passe très bien. Vos deux enfants à nouveau réunis s’amusent comme des petits fous avec leurs cousins et amis. Vous, vous êtes extatique. La vie vous semble merveilleuse, bien que la pluie se soit permise de venir alors que vous êtes certaine de ne pas l’avoir invitée.

Et puis c’est le matin. Vos vieux neurones imbibés de Clairette de Die refusent de se réveiller (ceux de votre tendre moitié, à peine moins vieux mais agrémentés d’un petit whisky, idem). Vos petits loustics en profitent pour descendre dans la cuisine.

Un peu plus tard vous découvrez que manifestement ils n’ont pas oublié que c’était votre fête. Et c’est donc votre fête indeed :

Le sol de la cuisine est recouvert d’une substance liquide noire (et sucrée donc collante, noterez-vous agréablement par la suite). Deux pyjamas traînent dans cette pâte gluante qui s’avère être du Nescafé (le pot entier ainsi que le sucrier se sont malencontreusement rencontrés dans les mains de vos artistes, ces derniers n’hésitant pas à rajouter de l’eau histoire de mieux travailler la matière). Vous passez donc du «Pink Paradise» au «Black Hell» en moins d’une journée, et encore, votre bonheur n’est complet que lorsque vous découvrez près d’un des pyjamas un Pampers bien rempli et une pile d’assiettes fraîchement lavées, fraîchement salies. Youpi.

Moralité : la prochaine fois que vous organisez une fête, vous irez dormir à l’hôtel («dormir ? Quelqu’un a parlé de dormir ?» )

NB : Il est 20h30 : tout en écrivant ce texte, vous êtes monté douze fois dans la chambre de vos gremlins (oui douze, vous avez compté) pour rappeler à Petite Bébée ou Grand Bébé de dormir, de sortir l’un du lit de l’autre et vice-versa, donner des verres d’eau, éteindre/rallumer la lumière etc. Votre mari, (heureux mortel ?) travaille tard le soir. A l’évidence, il a été plus gentil que vous dans une vie antérieure car son karma a l’air meilleur que le vôtre J).

Joyeux anniversaire!

Créé par le 21 août 2006 | Dans : Non classé

Grand Bébé et Petite Bébée raffolent de la chanson pour les anniversaires et ne se lassent pas de la chanter à tue-tête (surtout la vôtre)
« Joyeux anniversaire, Léa »
« Joyeux anniversaire, Maud »
« Joyeux anniversaire, Emilie »
à court de prénoms, mais certainement pas à court d’idées vos enfants entonnent
« Joyeux anniversaire, les cadeaux » :-D et ravis de l’idée, le chantent en boucle pendant un petit moment (… une petite éternité vous semble-t-il à vous, la mère indigne par excellence)

Merci Monsieur Couche-culotte-jetable

Créé par le 19 août 2006 | Dans : Non classé

Vous ne le direz jamais assez, merci, mille fois merci Monsieur Pampers/Monsieur Huggies enfin Monsieur Couche-culotte-jetable (ou serait-ce Madame qu’il faudrait remercier ?) pour avoir mis sur le marché une si belle chose. Non-non, vous ne vous moquez pas. Vous avez maintes fois réfléchi à ce que serait votre existence sans cette géniale invention : un peu Alien avec un soupçon d’Amityville, enfin une situation que vous n’avez pas particulièrement envie de connaître.

… mais que vous commencez à connaître néanmoins. Au XXIème siècle, oui. En effet, la dernière lubie de vos petits angelots est d’enlever leur Pampers dès que vous avez le dos tourné. Votre charmant époux et vous-même en avez des sueurs froides et n’osez plus vous regarder dans les yeux lorsque vous entendez un thriomphant « moi enlevé Pampers » venir du salon. La peur des dégâts à découvrir vous tenaille ainsi que celle, plus subtile d’« oh non, est-ce à mon tour d’aller nettoyer ? ». Vous finissez par aller à deux, main dans la main*, constater l’ampleur du cataclysme. Vous n’êtes jamais déçus.

Vous expliquez (ce ne sera que la trente-deuxième fois cette semaine) à vos bébés-fesses-à-l’air, qu’on n’enlève pas son Pampers APRES avoir fait quelque chose dedans: « soit on le garde, soit on l’enlève et on va aux toilettes, est-ce clair ? ». Les amours de votre vie aquiescent, hilares. Evidemment, ils ne tiendront aucunement compte de vos instructions et vous les retrouverez régulièrement cul nu dans leur chambre, la vôtre, le salon, la cuisine etc. Et en ce qui concerne Petite Bébée, en général, elle n’aura pas que l’arrière train deshabillé mais elle vous aura réservé un striptease intégral (youpi), histoire que vous preniez le temps de lui remettre son pyjama. Et hop, trois minutes sur le dodo de gagné. Suffit plus que de rajouter un « veux de l’eau », un « donne bisous » et « encore de l’eau » pour grignoter encore deux-trois minutes sur ce monstre qu’est la nuit.

Bon heureusement, cette période d’apprentissage à la propreté ne devrait pas durer toujours (personne n’a entendu parler d’un enfant qui ne devenait propre qu’à l’adolescence, hein dites?). Vous (et vos tapis) n’avez donc qu’à prendre votre mal en patience. En attendant, vous remerciez donc Monsieur Pampers d’exister et aussi d’être si fin psychologue qu’il a prévu l’âge où les enfants vont avoir un certain engouement pour une couche culotte particulière. Mais voui, vous vous faisiez déjà un peu de souci pour votre budget couches culottes à la base, mais lorsque vous avez constaté que votre petite princesse ne voulait plus que des couches koalas et votre petit prince des couches Dumbo (éléphants pour les non-Disney initiés), vous êtes devenue carrément inquiète. Vous en étiez à vous demander si vous ne devriez pas mettre en place une bourse à couche-culotte « j’échange petit chien contre koala et lion contre éléphant » ou demander une augmentation à votre employeur lorsque vos chérubins ont dû passer à la taille de Pampers supérieure. Et là, alléluia, il n’y a plus qu’un seul motif avec des petites variantes dont les prunelles de vos yeux n’ont cure. Si c’est pas bien pensé ça ! Fini donc, les scènes « non pas celui-là, koala », maintenant il n’y a plus que « c’est moi mettre, MAMAN MOI METTRE » une sinécure pour vous qui en avez vu d’autres.

* Petit rappel : vous êtes mariés pour le pire et le meilleur n’est-il pas ?

Ouuuuuuuuuin

Créé par le 16 août 2006 | Dans : Non classé

« Grand Bébé tu es où ? »
« Nan »

« Petite Bébée tu es où ? »
« Nan »

… bon.

1234567

Le Blog d'Elena, par son Pa... |
Projet Alaska 2007 |
La belle vie! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eléa jacta est
| Nos foto
| Birdy-Blue