Vous avez toujours adoré Noël, cependant, maintenant que vous êtes passée de l’autre côté du miroir (c’est-à-dire que vous ne pouvez plus simplement vous asseoir à table et espérer que la dinde rôtie vous soit servie sans qu’au préalable vous ne l’ayez achetée, farcie et cuite au four vous-même), il vous aura fallu ces quelques semaines de délai pour vous en remettre et être capable d’en parler.

Il y a bien ces moments magiques où Grand Bébé s’exclame « ô cé trop mignon » en découvrant les petits nounours enrubannés de rouge que vous avez disposés ça et là, ou encore, Petite Bébée qui se pâme d’admiration devant le sapin que ses parents exemplaires ont décoré à leur attention en cachette (pour le plaisir de leur faire la surprise, ce qui a par ailleurs le suprême avantage de les préserver des quelques noms d’oiseaux qui ont escorté les « dling dling » des boules qui tombent par terre).

Mais il y a également le déballage des cadeaux, ce qui peut être parfois des moments un peu moins magiques. Vous avez Grand Bébé qui se précipite sur ce qui lui semble être le plus gros cadeau sous le sapin en clamant « cé à moi, cé à moi ». Par chance, merci Grand-papa/Grand-maman Père Noël, ce cadeau est bien pour lui (mais n’est pas le plus gros, ah ah, il a zappé sur la maison de poupée de sa sœur aussi offerte par Grand-papa/Grand-maman le Père Noël. De toute façon, le plus gros ne signifie pas forcément le meilleur. Vous vous rappelez par exemple de l’expérience cuisante que vous fîtes à vos sept/huit ans. Vous aviez laborieusement combattu vos frères pour avoir la plus grosse sole proposée au repas. Et vous l’avez eue. Elle goûtait la vase, chose que vos aînés ont encore de l’agrément à vous rappeler trente ans plus tard).

Le cadeau tant convoité par Grand Bébé se trouve être la panoplie de Superman. Dès que l’objet est identifié par la chair de votre chair concernée, le compte à rebours commence. Il faut enlever (lire : arracher) le papier, ouvrir (casser) la boîte et chercher (se ruer sur) des ciseaux dans une urgence que même le SAMU ne connaît pas.

Vous bénissez le ciel (et le Père Noël) qu’il n’y ait pas sous l’arbre, cette fois-ci, un cadeau dont le déballage implique l’utilisation d’un tournevis. La première fois que Grand Bébé en a reçu un1 en l’absence de Monsieur Papa, vous avez dû fouiller la boîte à outils pour trouver le tournevis cruciforme de la bonne taille et vous escrimer à extirper ces maudites vis. Il faut bien être mère pour en arriver à de telles extrémités car il est sûr que cette compétence de dévisseuse, vous allez prestement l’oublier : vous habitez dans une vieille maison en rénovation et craignez donc que cela ne crée un désagréable précédent.

Heureusement le Père Noël, cette année, s’est contenté de concentrer son sadisme dans l’achat d’une Barbie avec de minuscules chaussures qui s’enlèvent continuellement (autant ajouter directement un disque dans ladite poupée répétant incessamment dans des tons harmonieusement aigus : « maman, ya plus les chaussures – s’ont où les chaussures – maman veut chaussures Barbie »). Grand Bébé a ainsi pu enfiler son costume de Superman dans un délai raisonnable. Il le garda pendant trois jours, ne l’ôtant que pour dormir sous l’insistance de son exécrable maman.

Comme vous aviez congé entre Noël et Nouvel An, vous avez profité de ce temps pour vous cultiver et vous vous êtes lancée dans la lecture de quelques modes d’emploi de certains jouets reçus par votre progéniture. Vous n’avez pas été déçue, vous avez beaucoup appris, notamment qu’il faut « ôter les piles rechargeables du jouet avant de les recharger ». Cela vous semble assez bien pensé, ce qui vous intrigue néanmoins, c’est comment on pourrait les recharger en les laissant dans le jouet ? Le monde de la technologie vous nargue apparemment une fois encore, vous et votre pitoyable ignorance. Lancée dans votre soif de savoir post noëllistique, vous êtes allée jusqu’à lire aussi le mode d’emploi de votre aspirateur (non, ce n’était pas un des cadeaux que vous avez reçus. Votre mari Le Père Noël sait très bien qu’on ne vous offre pas ce genre de choses, sauf si elle est accompagnée d’un petit mot « reposes toi ma chérie, dorénavant c’est moi qui aspirerais »), c’est juste votre insatiable témérité culturelle qui vous a amenée à le parcourir. Bien vous en a pris, vous avez ainsi découvert qu’il y avait des « utilisateurs non autorisés » 2 pour cet aspirateur (vite une petite prière pour que vous apparaissiez dans la liste!) : « les personnes non familiarisées avec le mode d’emploi » (dire que vous avez utilisé votre aspirateur dans une totale illégalité jusqu’alors. Que fait la police ?), « les enfants, ainsi que les personnes sous influence de l’alcool, de stupéfiants ou de médicaments ne doivent pas utiliser cet aspirateur sans surveillance ». Vous avez regretté de noter au passage que rien ne précise que la surveillance ne puisse pas être effectuée par un chimpanzé ou le chien du voisin. Vous retenez néanmoins de cette captivante lecture qu’il vous suffit de siroter quelques coupes de champagne ou d’avaler une aspirine pour être exemptée de ce travail ménager. Sublime ce cadeau de Noël de dernière minute!

1. Ce sont généralement les garçons qui ont la chance de voir leur voiture ou moto arrimés au socle de leur boîte -moto et voiture qui, soit dit en passant, seront cassées en moins de temps qu’il ne vous faut, à vous, pour ouvrir leur emballage

2. Mode d’emploi de l’aspirateur Miostar 6900 electronic