Voilà c’est une année nouvelle qui commence et c’est donc l’heure pour vous d’échafauder quelques bonnes résolutions (que vous espérez respecter davantage que les cinq cent trente-deux mille qui les ont précédées).

 

Etant donné qu’il est notoire que vous avez l’énergie d’une épave engloutie depuis la naissance de vos petits loups, vous allez déléguer la réalisation de ces utopiques souhaits aux différents composants de votre entité.

 

Votre encéphale : vous allez l’implorer de remplacer sa perpétuelle chasse aux papillons par une pêche (miraculeuse) aux cellules grises, requête indispensable depuis que vous souffrez du SNU (syndrôme du neurone unique) Si d’ici la fin de l’année votre QI d’huître a commuté avec celui d’une langouste, vous serez sur la bonne voie et qui sait en 2056 vous aurez peut-être un QI d’orang-outang (ou version plus crédible : au moins son physique).

 

Votre poitrail : vous ambitionnez de le convaincre de chercher à défier les lois de la pesanteur en regardant en l’air plutôt que par terre. Fini alors, ces seins qui papotent continuellement avec votre nombril à un point que cela en devient embarrassant.

 

Votre fessier : vous désirez lui proposer de faire un effort de modestie afin qu’il cesse de prendre toute la place. Si pour ce faire, il vous faudra monter des escaliers en ayant l’impression d’être engonçée dans le corset de votre arrière-grand-mère, pourquoi pas. A supposer qu’au bout du compte, vous aurez la croupe de Bambi plutôt que celle du Dumbo, cela en vaudra largement la peine.

 

Vos pieds et vos mains: vous allez leur conseiller de suivre les instructions du cerveau à la lettre, ce qu’ils ont de la peine à faire pour le moment. En effet, quand ils vont par exemple dans la cuisine pour chercher une fourchette, ils reviennent une fois sur deux avec une banane/une louche/une rape à fromage et doivent recommencer l’opération jusqu’à ce qu’ils se souviennent quel était l’objet convoité. Il faut reconnaître qu’ils ne sont pas vraiment aidés par votre hypothalamus un peu flagada depuis que vous avez mis au monde de piles électriques (rechargeables au chocolat et aux carambars). Et dire qu’il y en a encore pour croire que ce sont les grossesses qui constituent la partie la plus fatigante de la maternité. Errarum humanum est.

 

Mais surtout, votre grande résolution pour cette nouvelle année qui débute est d’apprécier chaque moment qui passe encore mieux qu’à leur juste valeur. Ainsi, vous allez vous abstenir de soupirer (même intérieurement, hein) lorsqu’un de vos héritiers vous réclamera de l’accompagner pour regarder avec lui/elle le Tom et Jerry que vous n’avez vu que 532 fois jusqu’alors. Vous vous promettez aussi de passer la serpillère sur les épinards/la sauce bolognaise/la soupe de carottes avec bonheur en pensant au triste jour où vous n’aurez plus à le faire parce que vos enfants seront trop occupés pour venir manger avec vous (mais pas de souci, vous n’aurez pas le temps de perdre la main car vous remettrez certainement le couvert à l’heure des petits enfants !). Vous vous abstiendrez d’énoncer quelques mots d’oiseaux quand Petite Bébée vous tirera les cheveux en pleine nuit (à l’instar d’un Casper le fantôme, votre chipie vient vous faire des visites nocturnes et vous montre son affection en enroulant une mêche de votre chevelure sur ses doigts avec la douceur d’un enfant de moins de trois ans) ou lorsque Grand Bébé vous lancera une voiture dans la figure en s’excusant déjà « pas fait essprès ». Et encore, vous allez sourire de toutes vos dents quand vos enfants viendront vous faire des bisous alors qu’ils sont enchocolatés/enmielés/enbeurredecacahuétés des pieds à la tête. De toute façon, cela fait belle lurette que vous avez renoncé à la soie et au cachemire, or tout le reste, cela se lave en machine. Alléluia.

 

Bonne année 2007 à toutes et tous !Cool