Il vous arrive parfois de vous faire du souci car Grand bébé qui a deux ans et demi ne parle toujours pas alors que les enfants du même âge de vos copines sont de vrais moulins à parole (oui, surtout les filles). Quand vous en parlez autour de vous on vous dit ce n’est pas grave s’il ne sait pas encore faire de phrases, cela viendra. Qué phrases ?

Mais incroyable mais vrai: sous vos yeux (enfin plutôt vos oreilles) ébahis Grand bébé a rajouté deux mots à son vocabulaire peu fourni jusqu’à lors. Maintenant au « nan » qu’il égrainait avec brio dans toute la gamme, il rajoute volontiers un « veux pas » décidé. Vous êtes aux anges, votre petit filou parle enfin. Bon bien sûr vous auriez préféré qu’il choisisse des mots comme « adorée chérie » ou « la plus belle du monde » qu’il aurait gentiment juxtaposé à « maman », mais bon voilà faut faire avec.

Et pour faire avec, vous faites avec :
« Nan veux pas »
arrêter de regarder Ayisse (comprendre « Alice au pays des merveilles » que vous n’avez vu à ce jour que 48 fois) pour aller prendre mon bain
« Nan veux pas »
sortir du bain pour aller voir la suite d’Ayisse
« Nan veux pas »
qu’on me mette un pyjama (le soir)
« Nan veux pas »
qu’on m’enlève mon pyjama (le matin)
« Nan veux pas »
manger ce que tu m’as mis dans mon assiette (et que vous retrouverez sur le tapis deux minutes plus tard)
etc. la liste est plutôt longue vu que votre fils a deux ans, l’âge étrangement défini comme « l’âge des non » (mais tiens pourquoi donc J ?).

C’est officiel, vous êtes une sainte.

En tout cas une chose est sûre, si votre petit brigand fait de la politique un jour, il sera forcément dans l’opposition.

Heureusement, Petite Bébée n’en est, elle, qu’aux babillements. Elle se contente de s’exprimer en s’accrochant à vos jambes ce qui se révèle être particulièrement pratique quand vous êtes en train de lutter avec Grand Bébé pour lui mettre/retirer son pyjama ou lorsque vous essayez de courir pour prévenir une quelconque catastrophe (c’est du grand art, du Barychnikov flanqué d’une enclume – tout dans la grâce et l’élégance). Dès que vous tentez de la décrocher, une sirène se met en marche pour vous dissuader de continuer votre opération. Et ça marche en général. Parfois néanmoins vous tentez courageusement de persévérer et vous finissez immanquablement par vous ruer sur du chocolat lorsque les pleurs se généralisent (ce qui somme toute se révèle être une méthode inefficace pour retrouver votre sérénité étant donné que le chocolat, vous le mettez dans la bouche et non pas dans les oreilles).

Et dire que Sharon Stone pense probablement avoir une vie plus passionnante que la vôtre.