Les aventures de Grand Bébé et Petite Bébée

Créé par le 19 fév 2007 | Dans : Non classé

Pour la suite des aventures de Grand Bébé et de Petite Bébée cliquer ici

emoticone

On est si bien au lit, restons-y

Créé par le 10 fév 2007 | Dans : Non classé

Ce matin au réveil, votre moitié et vous, étiez dans un état semi-comateux. Lui, parce qu’il avait travaillé jusque tard dans la nuit, et vous, parce que vous n’aviez travaillé que jusqu’à dix-sept heures, signifiant par-là que vous vous étiez occupée des enfants ensuite : une véritable séance de yoga (cette discipline spirituelle et corporelle particulièrement relaxante).

Vous disiez donc que vous aviez l’énergie d’une huître au mois d’août, ce qui explique pourquoi, lorsque vous entendez les astres de vos jours descendre au salon, vous ne soulevez que vaguement une paupière pour la refermer aussitôt. Pourtant vous savez, oui vous savez, que ce n’est pas une bonne idée de laisser errer vos petites hélices à bêtises dans la maison. Mais voilà, vous êtes totalement tétanisée par la fatigue, alors vous les laissez faire.

Quand Petite Bébé revient un peu plus tard vers vous en vous annonçant, toute guillerette: « j’ai bien travaillé maman », vous craignez le pire. Vous avez raison. Votre petite chérie, assistée dans son œuvre par son très dévoué grand frère, a minutieusement réparti le contenu d’un paquet de graines de courge sur le sol de la cuisine. Vous n’étiez pas encore trop sûre de savoir quoi faire de cette ingrédient : grâce à ces petites mains charitables, la question est réglée (pourquoi donc avoir acheté ce produit alors ? C’est manifestement, une des nombreuses résultantes de la fuite de vos neurones vers des cieux plus cléments).

Connaissant votre joyeuse équipe, vous devinez que vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Vous fouinez donc un peu et bingo (vous êtes toujours gagnante à ce jeu-là malheureusement), vous tombez sur des petits tas de poudre brunâtre qui décorent plaisamment quelques nounours en peluche. Intriguée, vous prenez une pincée de cette chose et vous apprenez ainsi qu’il s’agit de café. Un peu plus loin, vous trouvez une capsule de votre machine à expresso évidée (quelle merveilleux concept, n’est-il pas ? Si vous en étiez restée à vos cafés filtres, c’est tout le salon qui serait couvert de l’entièreté d’un paquet de café moulu. On n’arrête pas le progrès).

Le reste de la journée est à la hauteur de la matinée, surtout que votre mari a dû aller travailler bien qu’il soit samedi. Vous êtes donc très fière d’avoir résisté à la tentation (plutôt tenace) de vous pendre avec un spaghetti. Vers dix-neuf heures vous finissez par réussir à mettre vos petits gremlins au lit (mmmmmmmmmdah !).

Trente-deux secondes top chrono après la mise au lit de vos chérubins, dans la maison, on n’entend plus que le bruit de vos doigts qui courent sur le clavier de votre ordinateur.

Il ne vous reste donc plus qu’à aller vous vautrer dans un canapé: il vous faut impérativement éviter une crise cardiaque. En effet, vous ne voudriez pas que le service de la protection de la jeunesse contacté par les ambulanciers, se questionne sur la raison qui vous a conduite à laisser la robe de Petite Bébée SOUS son pyjama.

A n’en pas douter, c’était céder devant cette étrange requête ou votre pendaison par spaghetti trop cuit.

Bocuse et vous …

Créé par le 08 fév 2007 | Dans : Non classé

Vous : « alors je mets quoi dans la soupe ? »

Petite Bébée pensive : « des cailloux ?» .

Hum, noter de prendre des cours de cuisine sur la liste « à faire d’urgence », cette liste où il y a déjà d’écrit:

- dormir

- dormir

- prendre du magnésium et de la vitamine C en intraveineuse

- dormir 

 

Ecologie

Créé par le 04 fév 2007 | Dans : Non classé

Est-ce l’influence des publicités du type Herta où un enfant s’amuse à mettre, dans une rivière délicieusement translucide, un petit bateau fabriqué par ses blanches mains, ou encore la belle époque où vous-même jouiez avec trois fois rien dans le jardin (en créant notamment un somptueux hôpital pour insectes – dans lequel le taux de mortalité était incroyablement haut : des suicides probablement), vous avez toujours pensé que les enfants avaient un lien privilégié avec Mère Nature qui les rendaient écologiques.

Que nenni.

Soit vous avez les seuls enfants de la planète qui donneraient des ulcères à Nicolas Hulot, soit il faut se rendre à l’évidence que la terre a quelques soucis à se faire.

Il faut en effet reconnaître que depuis que vos chers bébés sont entrés dans votre existence, votre fibre vaguement écologique en a pris pour son grade. Vous n’auriez jamais pu, par exemple, vous passer de couches culottes jetables pour les popotins de vos chérubins. Bon, là ce n’est pas vraiment de la responsabilité de vos amours qui n’auraient probablement pas bronché si vous leur aviez mis des couches lavables, mais de la vôtre. Mea Culpa, votre respect de la nature semble avoir perdu de sa conviction à l’essuyage de petits derrières dix fois par jour (pendant l’ère bénie des 7 Pampers quotidiens pour Petite Bébée, bébé et 3 pour Grand Bébé, moins bébé). Personne n’est parfait.

Mais quand vous parliez à l’esprit incivique (inplanètique ?) de la chair de votre chair vous pensiez essentiellement à ce qui est arrivé après cette période idyllique aux sept mille couches culottes jetées, soit :

  • le gaspillage de papier de toilette. Grand Bébé apprécie par exemple de mettre du papier SUR ce qu’il vient de faire (un brin écologiste tout de même, il se limitait même à cette opération, mais vous l’avez persuadé d’en utiliser aussi un peu pour essuyer son arrière-train) et avec Petite Bébée de soeur, ils adorent dévider des rouleaux entier dans la cuvette. C’est très rigolo semble-t-il, vous-même n’avez jamais trouvé cela drôle. À croire que vous n’avez aucun sens de l’humour.

  • la lumière qu’ils raffolent d’allumer et éteindre en boucle. Pour vérifier la viabilité de vos nerfs probablement. Vous songez sérieusement à vous éclairer aux chandelles. Quoiqu’il ne soit pas sûr que le problème ne perdure pas ainsi puisque vos petits lutins sont enchantés chaque fois qu’ils éteignent les bougies d’un gâteau d’anniversaire (que ce soit le leur ou celui d’un autre, ils ne sont pas regardants).

  • l’eau qu’ils affectionnent de faire couler et gicler autour d’eux. Ils en mettent où ils peuvent, c’est-à-dire partout jusqu’à ce que vous les surpreniez. La planète ainsi que vous-et-votre-serpillère, aimeriez bien que cela cesse. Rapidement.

  • les objets qu’ils ne recyclent pas. A ce jour vous ne comptez plus le nombre de petites cuillères ou de jouets qui sont passés subrepticement à la poubelle. Sans oublier ceux, que vous cherchez encore car vous n’avez pas pris vos petits éboueurs en herbe sur le fait et votre éternel optimisme vous fait espérer que vous allez encore les récupérer (vous avez ainsi retrouvé un DVD de la bibliothèque parmi vos livres de cuisine ( ???) après six mois de vaines recherches). Heureusement, contrairement à ce qui est arrivé à l’une de vos amies, aucun de vos bébés n’a eu (encore ?) la fabuleuse idée de mettre votre téléphone portable avec les ordures ménagères.

Cependant, par souci déontologique, vous tenez à préciser que vos petits anges ont quand même un geste pour le monde en vous faisant économiser les piles de votre télécommande, ce qui est plutôt agréable pour notre très chère terre. En effet, vous pouvez leur demander d’allumer la radio et ils le font. Les deux ensemble. C’est la guerre, on se bat pour être le premier, on crie (vous en sus naturellement), et on allume/éteint (non c’est moi qui allume), et on re-allume/re-éteint (non c’est pas toi qui allume). Mais on a sauvé un peu des batteries de la télécommande.

 

Alors, planète, heureuse ?

Droit de succession?

Créé par le 01 fév 2007 | Dans : Non classé

Petite Bébée : « je vais dans MA chambre de papa-maman ».

Euh, chérie, ce n’est pas un peu prématuré cet héritage ? Vous êtes morte de fatigue certes, mais pas morte tout court. En tout cas pas encore.

Tombe la neige

Créé par le 29 jan 2007 | Dans : Non classé

C’est beau la neige qui virevolte en flocons. Vous trouvez que c’est encore plus joli quand vous la regardez de l’intérieur, bien calfeutrée sous une couverture, un chocolat chaud à portée de main (avec un soupçon de crème chantilly, vous ne reculez devant rien afin d’être en osmose avec le paysage hivernal).

Vous aimez la neige, enfin un peu, peut-être, vous croyez, c’est possible. Il faut préciser, à tout hasard, que vous avez été une fille du Sud et que la vie, qui a un sens de l’humour bien supérieur au vôtre, vous a catapultée les deux pieds dedans à l’aube de vos quatorze ans après vous avoir bercée au bord de la Méditerranée. Vous avez donc mis un moment à vous remettre de cette magnifique rencontre de vos pieds congelés avec la belle poudreuse mais pas rancunière pour un sou, vous avez tenté de skier… pour la première fois, à trente ans.

Dire que vous avez adoré serait un tantinet abusif, puisque seul votre arrière-train a vraiment connu les joies de ce sport d’hiver. C’est bien simple, pour vous le ski, c’est de la luge sans luge. Vous n’avez donc jamais souhaité réitérer cette intéressante expérience et votre noble fessier vous en est éternellement reconnaissant.

Vos enfants, qui ont, manifestement génétiquement pris de leur père sur ce coup-là, eux, adorent la neige. Grand Bébé affriande notamment de se vautrer dedans et d’y faire semblant de dormir. Ayant un cœur grand comme ça, il vous invite à le rejoindre et vous lui répondez dans un souffle: « je vais y réfléchir mon chéri-c’est tout réfléchi-c’est non-et relèves toi, tu vas prendre froid » (ah ces mères toujours là pour empêcher qu’on s’amuse !) pendant que Petite Bébée, impassible, mange toute la neige qu’elle arrive à attraper. Comme elle aussi, a un cœur grand comme ça, elle vous propose de partager son butin. Hum, non merci, sans façon, vous n’avez pas de gène d’esquimau, vous.

Mais vous le savez, vous aimerez la neige. Un jour. D’ici 2989 en tout cas, c’est certain. C’est même écrit : vous serez là pour admirer votre petite famille qui dévale les pentes à ski et l’encourager. C’est juste que vous le ferez depuis l’intérieur du restaurant où vous seriez en train de commander la fondue pour ces courageux qui se seront tant dépensés. Et si pour cela, vous devez ignorer l’appel, ô combien irrésistible, des pistes de manière à pouvoir réserver une table à vos grand sportifs (en sirotant un grog puisque cela vous fait froid jusque dans les os de les voir s’agiter là-dehors) et bien c’est ça aussi être maman.

Et le ketchup dans tout ça?

Créé par le 25 jan 2007 | Dans : Non classé

Pauline, la fille d’une de vos amies, qui a le même âge que Grand Bébé (la fille, pas votre amie) demande à sa maman ce que cela peut bien signifier de dire « la moutarde me monte au nez ». Sa maman lui explique le sens de l’expression* et du coup Pauline réplique « et du ketchup qui monte au nez ? ça veut dire quoi ? »

… hum, bonne question. Pour pouvoir y répondre, vous avez été regarder dans le Larousse Illustré et le Petit Robert, mais vous n’avez rien trouvé. Ah, saperlipopette emoticone, ces dictionnaires, toujours aussi lacuniers! Mais que font donc les Académiciens, on se le demande.

Désolée Pauline.

 

 

Leçons de français

Créé par le 21 jan 2007 | Dans : Non classé

Vous aviez toujours porté pour la langue de Victor Hugo et de Molière une affection particulière. Vous trouviez que votre langue maternelle était la plus harmonieuse et la plus limpide qui soit.

Et vous avez eu des enfants. Vous avez alors douloureusement compris que l’harmonie devenait une notion très relative lorsqu’on vous hurlait les mots dans l’oreille en les répétant une bonne quinzaine de fois (au cas où vous ne les auriez pas entendus la première fois – mais si malheureusement, les quatorze suivantes aussi) et que question limpidité, l’Académie française avait encore du pain sur la planche pour éviter qu’une mère pleine de bonnes intentions (oui, vous) puisse expliquer à sa progéniture chérie le sens des mots sans s’arracher les cheveux (qui deviennent de plus en plus rares et de plus en plus blancs) dans le procédé.

Vous êtes à table. L’un des amours de votre vie refuse de manger ses haricots (ça marche aussi en remplaçant le terme « haricots » par choux-fleurs, navets, courgettes, poivrons etc., nettement moins avec chocolat, biscuits, bonbons), vous lui dites qu’il ne peut pas refuser sans avoir goûté au préalable. Goûter ? Une étincelle s’illumine dans ses yeux et votre amourinet attend, avec une impatience certaine, de voir apparaître les belles tartines de Nutella de son quatre-heure. Vous avez bien cherché à faire comprendre à votre descendance la différence entre « goûter » et « goûter », mais (tiens donc) vous n’y êtes toujours pas parvenue et êtes repassée en douce au plus traditionnel « mange tes haricots » (et qu’on n’en parle plus, hein !)

Vous aviez déjà rencontré une petit problème similaire avec Petite Bébée qui n’acceptait pas que le vocable « pâte » au singulier puisse signifier quelque chose de différent que les pâtes aux pluriel et s’insurgeait lorsque vous disiez mettre « la pâte » dans le moule : « pas pâte, maman, gâteau ». Voilà à quoi vous en être réduite avec ce français un peu flou : c’est votre fille qui vous dit comment l’utiliser :-D . Que les Académiciens aient donc pitié de vous, et balaient tous les homonymes d’un coup, ce ne serait pas une excellente résolution pour la nouvelle année, ça, non ?

Et tant qu’ils y seraient, s’ils pouvaient aller voir du côté des mots bizarres (pas cyclooxygénase, métempsycose, anacoluthe puisque des termes comme ceux-ci ont peu de chance d’avoir une quelconque incidence sur votre vie avec vos héritiers avant qu’ils ne soient en âge d’aller voir eux-mêmes dans le dictionnaire ce que cela peut bien signifier … pour peu que cela les intéresse bien sûr), mais du côté des termes comme cheval/chevaux ou œil/yeux. Vous vous êtes tellement tiré les cheveux en essayant d’expliquer cette petite calembredaine de la langue française, que vous avez dû perdre au moins un tiers de votre chevelure dans cette opération, pour un résutat très médiocre (zéro ?).

« Non mon chéri on ne dit pas des chevals. Tu vois quand il y a plusieurs … euh chevals, et bien on ne dit pas des chevals, on dit des chevaux »

« Non ma chérie on ne dit pas des oeils. Tu vois quand il y a plusieurs … euh oeils, et bien on ne dit pas des oeils, on dit des yeux »

Maman au secours !

Et dernièrement, le sens équivoque de certains mots vous a même conduit à avoir un gros pincement au cœur. Grand Bébé devait passer un IRM et pour le préparer à cet examen, vous lui avez dit qu’il allait aller, un jour, dans une machine qui fait beaucoup de bruit. Un soir, alors qu’il était aux toilettes (qui semble être un haut lieu de conférence pour vos bébés), votre fils pointe son doigt dans une direction et vous demande « c’est quand que je vais dans la machine ?». Interloquée, vous regardez du côté qu’il vous indique et vous découvrez que votre grand petit homme croyait que vous alliez le mettre dans la machine à laver. Bon, comme cela n’avait absolument pas l’air de le mortifier (euh, c’est le même qui à peur du loup le soir ?), vous vous êtes dit que s’il était disposé à aller dans cette machine-là, il n’y aurait aucun problème pour l’IRM (belle erreur, mais ça c’est encore une autre histoire).

Et si jamais les Académiciens sont trop occupés pour prendre votre requête en considération, heureusement vous pourrez toujours compter sur la relève pour le faire. Un exemple : Lison, la fille d’une de vos amies, a décidé que comme son frère était omnivore (Hommenivore), elle serait filleivore ou femmenivore (Femmenivore). A quatre ans ! Une féministe de la première heure. Vivement qu’elle soit à l’Académie, cette merveilleuse petiote.

Réponse à tout

Créé par le 18 jan 2007 | Dans : Non classé

Petite Bébée grimpe ce soir sur votre dos et vous lui dites (assez niaisement d’ailleurs faut bien l’avouer. Votre QI d’huître a encore sévi!):

« descends de là, tu vas casser maman. Qu’est-ce que tu feras si elle est cassée? (être maman c’est aussi prendre goût de parler de soi à la troisième personneemoticone)

- j’irais l’acheter au magasin

Votre curiosité insatiable vous conduit à persiter sur cette pente savonneuse que vous avez vous-même construite:

- et dans quel magasin irais-tu l’acheter?

- en ville (Ah Ah, on ne vous trouve donc pas dans la superette du village… vous le saviez bien évidemment)

- et à combien tu l’achèterais? (oui, vous aimez prendre des risques. Et pourtant une amie vous le disait bien: « ne jamais poser la question dont on n’est pas sûr d’aimer la réponse »)

- deux, cinq, trois, quatre (milliards à n’en pas douter emoticone)
 

Noël

Créé par le 14 jan 2007 | Dans : Non classé

Vous avez toujours adoré Noël, cependant, maintenant que vous êtes passée de l’autre côté du miroir (c’est-à-dire que vous ne pouvez plus simplement vous asseoir à table et espérer que la dinde rôtie vous soit servie sans qu’au préalable vous ne l’ayez achetée, farcie et cuite au four vous-même), il vous aura fallu ces quelques semaines de délai pour vous en remettre et être capable d’en parler.

Il y a bien ces moments magiques où Grand Bébé s’exclame « ô cé trop mignon » en découvrant les petits nounours enrubannés de rouge que vous avez disposés ça et là, ou encore, Petite Bébée qui se pâme d’admiration devant le sapin que ses parents exemplaires ont décoré à leur attention en cachette (pour le plaisir de leur faire la surprise, ce qui a par ailleurs le suprême avantage de les préserver des quelques noms d’oiseaux qui ont escorté les « dling dling » des boules qui tombent par terre).

Mais il y a également le déballage des cadeaux, ce qui peut être parfois des moments un peu moins magiques. Vous avez Grand Bébé qui se précipite sur ce qui lui semble être le plus gros cadeau sous le sapin en clamant « cé à moi, cé à moi ». Par chance, merci Grand-papa/Grand-maman Père Noël, ce cadeau est bien pour lui (mais n’est pas le plus gros, ah ah, il a zappé sur la maison de poupée de sa sœur aussi offerte par Grand-papa/Grand-maman le Père Noël. De toute façon, le plus gros ne signifie pas forcément le meilleur. Vous vous rappelez par exemple de l’expérience cuisante que vous fîtes à vos sept/huit ans. Vous aviez laborieusement combattu vos frères pour avoir la plus grosse sole proposée au repas. Et vous l’avez eue. Elle goûtait la vase, chose que vos aînés ont encore de l’agrément à vous rappeler trente ans plus tard).

Le cadeau tant convoité par Grand Bébé se trouve être la panoplie de Superman. Dès que l’objet est identifié par la chair de votre chair concernée, le compte à rebours commence. Il faut enlever (lire : arracher) le papier, ouvrir (casser) la boîte et chercher (se ruer sur) des ciseaux dans une urgence que même le SAMU ne connaît pas.

Vous bénissez le ciel (et le Père Noël) qu’il n’y ait pas sous l’arbre, cette fois-ci, un cadeau dont le déballage implique l’utilisation d’un tournevis. La première fois que Grand Bébé en a reçu un1 en l’absence de Monsieur Papa, vous avez dû fouiller la boîte à outils pour trouver le tournevis cruciforme de la bonne taille et vous escrimer à extirper ces maudites vis. Il faut bien être mère pour en arriver à de telles extrémités car il est sûr que cette compétence de dévisseuse, vous allez prestement l’oublier : vous habitez dans une vieille maison en rénovation et craignez donc que cela ne crée un désagréable précédent.

Heureusement le Père Noël, cette année, s’est contenté de concentrer son sadisme dans l’achat d’une Barbie avec de minuscules chaussures qui s’enlèvent continuellement (autant ajouter directement un disque dans ladite poupée répétant incessamment dans des tons harmonieusement aigus : « maman, ya plus les chaussures – s’ont où les chaussures – maman veut chaussures Barbie »). Grand Bébé a ainsi pu enfiler son costume de Superman dans un délai raisonnable. Il le garda pendant trois jours, ne l’ôtant que pour dormir sous l’insistance de son exécrable maman.

Comme vous aviez congé entre Noël et Nouvel An, vous avez profité de ce temps pour vous cultiver et vous vous êtes lancée dans la lecture de quelques modes d’emploi de certains jouets reçus par votre progéniture. Vous n’avez pas été déçue, vous avez beaucoup appris, notamment qu’il faut « ôter les piles rechargeables du jouet avant de les recharger ». Cela vous semble assez bien pensé, ce qui vous intrigue néanmoins, c’est comment on pourrait les recharger en les laissant dans le jouet ? Le monde de la technologie vous nargue apparemment une fois encore, vous et votre pitoyable ignorance. Lancée dans votre soif de savoir post noëllistique, vous êtes allée jusqu’à lire aussi le mode d’emploi de votre aspirateur (non, ce n’était pas un des cadeaux que vous avez reçus. Votre mari Le Père Noël sait très bien qu’on ne vous offre pas ce genre de choses, sauf si elle est accompagnée d’un petit mot « reposes toi ma chérie, dorénavant c’est moi qui aspirerais »), c’est juste votre insatiable témérité culturelle qui vous a amenée à le parcourir. Bien vous en a pris, vous avez ainsi découvert qu’il y avait des « utilisateurs non autorisés » 2 pour cet aspirateur (vite une petite prière pour que vous apparaissiez dans la liste!) : « les personnes non familiarisées avec le mode d’emploi » (dire que vous avez utilisé votre aspirateur dans une totale illégalité jusqu’alors. Que fait la police ?), « les enfants, ainsi que les personnes sous influence de l’alcool, de stupéfiants ou de médicaments ne doivent pas utiliser cet aspirateur sans surveillance ». Vous avez regretté de noter au passage que rien ne précise que la surveillance ne puisse pas être effectuée par un chimpanzé ou le chien du voisin. Vous retenez néanmoins de cette captivante lecture qu’il vous suffit de siroter quelques coupes de champagne ou d’avaler une aspirine pour être exemptée de ce travail ménager. Sublime ce cadeau de Noël de dernière minute!

1. Ce sont généralement les garçons qui ont la chance de voir leur voiture ou moto arrimés au socle de leur boîte -moto et voiture qui, soit dit en passant, seront cassées en moins de temps qu’il ne vous faut, à vous, pour ouvrir leur emballage

2. Mode d’emploi de l’aspirateur Miostar 6900 electronic

12345...7

Le Blog d'Elena, par son Pa... |
Projet Alaska 2007 |
La belle vie! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eléa jacta est
| Nos foto
| Birdy-Blue